Retour sur Dirty Primitives

DirtyPrimitives

Si vous prenez froid, le blues-rock des Dirty Primitives est idéal pour dégager les bronches…

Grises mines sous ciel grisâtre. Il pleut des cordes quand j’écris ce papier et, en jetant un œil par la fenêtre, je vois les gens faire la gueule sous leurs parapluies. Va savoir pourquoi, ami oyo-fan, mais moi, les ciels crades et les visages maussades, ça me donne envie d’écouter du blues.

Oh, pas le petit blues gentillet. Non, du bon gros rock-blues bien salace. Du genre qui martèle les guitares, qui écorche les voix et qui chasse les nuages. Généralement, si le nom du groupe commence par Dirty, tu peux y aller les yeux fermés.

La première fois que j’ai entendu parler de Dirty Primitives, je venais de publier une chronique sur le jeune bluesman alsacien Dirty Deep. Jean-Bernard Hoste me disait en substance que, puisque que j’avais l’air d’aimer ce qui est dirty, il y avait de bonnes chances que je sois botté par Dirty Primitives.

Botté ? Je ne m’attendais pas à recevoir un coup de pied au cul de cette ampleur. J’en porte encore la trace. En tout cas, pour cet hiver, pensez-y. Dirty Primitives, ça dégage les bronches.

Télécharger gratuitement 3 titres de DIRTY PRIMITIVES

You must be logged in to post a comment