Portrait de Highground

HighGround

Highground, le groupe qui met les Oyo-fans dans un état proche de l’Ohio…

Ami Oyo-fan, je ne sais pas dans quel état d’esprit tu te trouves, au moment de te laisser surprendre par ces quelques phrases alignées sur l’écran de ton ordinateur. J’aimerais te savoir radieux, épanoui, comblé par les petits et les grands plaisirs de la vie. Mais, au fond, je n’en sais rien.

La seule chose dont je suis sûr, c’est qu’après avoir lu cette chronique et cliqué sur le bouton de téléchargement qui ponctuera mon intrusion dans ton quotidien, tes soucis s’envoleront, les assiettes lancées se recolleront et un large sourire viendra orner ton visage. Tu seras alors incroyablement heureux et, même – j’ose l’affirmer – raisonnablement beau.

Comment je le sais ? Simplement parce que, après écouté Highground, la première chose qui vient à l’esprit, c’est que, comme dirait l’autre, – ouvrez les guillemets – tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles – fermez les guillemets.

Je me doutais bien que des gens qui aiment en même temps les Doors, James Brown et Herbie Hancock ne pouvaient pas être fondamentalement mauvais. Mais à l’écoute de l’EP Fakin The Funk, je ne saurais me contenter d’une telle platitude. Les gars de Highground sont définitivement excellents.

OK, les trucs funky, ça m’excite. Mais il faut quand même que les mecs assurent. Je suis un public difficile. Je ne donne pas mon petit cœur au premier venu. Avec Highground, je donnerais ma chemise avec. Le rock, la soul, le jazz, le funk, le hip-hop s’invitent à une gigantesque partie de jambes en l’air. Les saxophones soulèvent les jupes des filles. La température monte et je suis dans un état proche de l’Ohio.

Le voilà. On l’a trouvé, le groupe qui met les Oyo-fans dans un état proche de l’Ohio… Highground.

Télécharger gratuitement 3 titres de HIGHGROUND

You must be logged in to post a comment