Lettre à ma fille en des temps troublés.

agitee-nov2015-2

Ma Chérie,

Tu es ma Louloute, ma fierté, celle avec qui, depuis 22 ans, je partage bien plus que des chromosomes. A certaines périodes difficiles de ma vie, ta présence a été l’unique lumière au bout de mon tunnel intérieur et ta main dans la mienne a donné du sens à nombre de mes décisions et de mes actes.
Ton bonheur présent et futur, ton développement, ton épanouissement et ton équilibre sont depuis ta naissance des sources de questionnement et de satisfaction pour moi. J’aime l’adulte que tu es en train de devenir, au moins autant que l’enfant que tu as été. Comme tout parent aimant, je me suis énormément questionnée sur l’impact de mon éducation imparfaite et sur ce qu’il était important de te transmettre pour que tu trouves une place dans la société humaine, pour que tu aies confiance en toi et en la vie.
Les soleils que je dessinais au mercurochrome sur tes petits genoux éraflés pour te faire sourire au travers des larmes, n’ont pas suffi à maintenir chez toi la merveilleuse et rassurante illusion de ma toute puissance. Voilà au moins 10 ans que tout cela a volé en éclats. S’il te restait quelques bribes de cette chimère au bout de toutes ces années, la violence aveugle et injuste des attentats parisiens de vendredi dernier les aura sans doute définitivement balayées. Me voilà démasquée. Oui, je ne comprends pas ce type d’acte, oui j’ai des peurs et des doutes. Mais j’ai décidé de transcender les premières et de tordre le cou aux deuxièmes en m’informant à partir de sources nombreuses, en acceptant le débat d’idées et en prenant un soin jaloux à me construire mon opinion de manière indépendante. C’est une discipline qui, dans des temps perturbés émotionnellement est aussi structurante que de faire du sport ou dormir.
Cette démarche personnelle je la nourris de mon bonheur d’être ta mère, de l’affection inconditionnelle et de la générosité de tes grands-parents, de leurs valeurs de tolérance mais également de leur humanisme. Je la renforce par l’amour de mon Magicien, l’affection de mes amis, la confiance de mes proches et les échanges nombreux avec eux. Grâce à vous tous, grâce à votre diversité, grâce aussi à mes rencontres quotidiennes, à mon métier, à mes lectures et à mes lecteurs, je préserve mon humanité et je vis.
Sans doute y a-t-il là l’une des sources de mon optimisme. Celui-là même qui m’a permis de comprendre et d’admettre que je suis une part de mes problèmes autant qu’une part de mes solutions. J’ai pu ainsi accorder aux autres toute leur place, mais rien que leur place, ce qui m’a conduite naturellement à trouver la mienne. J’ai compris que la confiance et le respect de l’autre étaient les fondamentaux d’une vie réussie. Parce qu’ils étaient la démonstration de la confiance en moi-même. Les clés de ma liberté.

Aujourd’hui ceux qui comme toi ou moi aspirent à vivre en paix, sont devenus la cible de fascistes obscurantistes qui n’hésitent pas à tirer dans la foule pour imposer leur idéologie destructrice. Ceux qui ne leur font pas allégeance sont pour eux, à éliminer. Les nazis avaient choisi les Juifs, ceux là ont choisi les Juifs, les Musulmans, les Chrétiens, les agnostiques… Bref, tous ceux qu’ils identifient, avec le filtre de leur paranoïa contagieuse, comme des menaces. Au bout du compte, ils ciblent l’humanité toute entière, comme l’a souligné Barak Obama. Leur « solution finale » fait aussi froid dans le dos que celle de Hitler. L’une appartient au passé, l’autre ne doit jamais appartenir au futur.
Pour cela il faut miser sur l’intelligence collective, continuer à croire en l’humanité et se réjouir de sa diversité. Il faut rester sensible aux signaux positifs, même lorsqu’ils sont faibles et ne jamais, jamais transiger avec les exigences de respect et de liberté.
Les attentats du 7 janvier et du 13 novembre interrogent fortement une démocratie comme la France. Le pays des lumières et des râleurs doit réinventer son propre modèle et aller de l’avant pour le dépasser. L’opposition sécurité / liberté appartient au 20e siècle, la France du 21e peut dessiner un modèle qui aura la force de garantir les deux. Si tu me dis que ça ne te semble pas possible, sans doute serais-je tentée de te répondre que, de Rousseau à Jaurès, certains grands hommes ont certainement douté de leur entreprise, mais se sont accrochés à leurs utopies.
La difficulté majeure dans cette démarche est sans doute la peur qui nous ronge. Peur de l’autre, peur de ses différences. Il a une drôle de tête non ? Enfin, quand je dis drôle… Une tête à trimbaler une Kalachnikov ? Il dit qu’il est bien intentionné, mais comment savoir si c’est vrai ? Et s’il était en train de se poser la même question à ton propos, comment faire pour le rassurer ? Lui parler. Le faire parler. Travailler le lien de confiance. Faire de même avec la France dans son ensemble, si imparfaite au quotidien, mais pourtant si belle. Et puis sourire. Sourire de tout et sourire à l’autre.

Tu es maintenant une jeune adulte. Tu réussis tes études, tu prends ton envol personnel mais je le sais, tu as peur, tu me l’as dit. Le 11 septembre 2001, tu avais compris qu’il se passait des choses graves, mais je n’avais pas de télé, tu avais été peu exposée aux images. Ça te semblait loin de ton quotidien et j’avais encore à tes yeux une cape de superwoman rassurante. En 2015, l’année de Charlie et de Paris, te voilà confrontée violemment au pire de l’humanité. Sans oublier qu’il se passe la même chose au quotidien en Syrie et en Irak et que ces dernières semaines, la Turquie, le Liban et la Russie ont aussi été victimes du terrorisme… C’est quoi ce monde ?
Je n’ai pas la possibilité de dessiner des soleils sur les blessures que toute cette violence provoque chez toi. Je n’ai plus le pouvoir de te faire rire au milieu des larmes et de la peur. Mais il me reste le pouvoir de t’aimer. Et je t’aime. Tu es ma fille, tu es ma lumière. Alors, je t’en conjure, lorsque tu doutes, appuie-toi à ton tour sur ceux que tu aimes et regarde ce que l’humanité sait faire de beau. Quand tu seras une vieille dame, tu te rendras compte que cette recette toute simple t’aura permis de traverser les pires moments et surtout, t’aura donné l’opportunité de pleinement savourer tous les bons.

Ta ‘Man

Merci à Markus14 pour son dessin qui complète magnifiquement mon texte. Il fait partie, depuis longtemps, des amis qui m’accompagnent et donnent du sens à ma vie.

Mina Moutski.
16/11/15

You must be logged in to post a comment