Carte postale du 13 août 2014

Photo 019

Chers Oyobiens,

Nos discussions d’été nous ont conduites jusqu’à une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi (Fondateur du mouvement Colibris) :
Un jour, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

Subir ou agir ? Quelle est notre part ?
Les jeux pervers ne peuvent exister qu’avec la complicité de ceux qui les nourrissent de leurs actions, de leurs paroles… Ou de leur indifférence.

Et si nous nous allions nous asseoir, là-bas, dans l’herbe, pour ouvrir un livre, scruter la pensée d’un(e) autre, la confronter à nos certitudes et nous autoriser les utopies les plus folles ou les plus humaines ?

Il y a déjà quelqu’un. Avec nous, ça fait trois. Parions que ce ne soit qu’un début…

Virginie & Mina
13/08/14

Photo : Virginie Faucher
Texte : Mina Moutski

Source : http://www.colibris-lemouvement.org/

You must be logged in to post a comment