A contre courant…

Manifestation_Smile-Revolution

J’observe avec incompréhension mon pays, incapable de dialoguer sur son avenir et celui de ses enfants. Je sais que sa transformation sociale, écologique et économique est impérative. Je m’interroge autant sur le passage en force des lois, triste signe d’une impuissance à créer de la dynamique autour d’une vision, que sur le front du refus, cette incapacité à accepter le changement ailleurs que chez son voisin.

A titre personnel, je ne bénéficie ni d’assurance ni d’indemnité chômage encore moins de Prudhomme. Pourtant, le choix de quitter une position de salariée est certainement la meilleure garantie d’emploi que j’aie aujourd’hui.
Je ne bénéficie d’aucune aide publique, d’aucune subvention parce que j’ai la chance de pouvoir vendre mes services au-dessus de ce qu’ils me coûtent. L’an dernier, je n’ai eu que trois semaines de vacances, mais je m’en fous, elles étaient belles. Je travaille entre 45 et 50 heures par semaines et ça me va. Chaque mois, je paie ce que je dois et c’est le niveau de trésorerie qui décide si je peux ou non me verser ma rémunération. Mon bonheur c’est d’avoir une réponse positive la plupart du temps même si j’ai dû, il y a quelques années, renoncer à me payer pendant quatre mois pour régler les indemnités d’une collaboratrice que j’ai du licencier pour éviter de déposer le bilan. Je peux en témoigner, c’est très dur de travailler gratuitement pour payer quelqu’un à rester chez lui.
Lorsque j’ai créé ma boite, j’ai tout lâché : statut, avantages, rémunération… D’ailleurs, je n’ai jamais retrouvé le niveau de revenu que j’avais lorsque j’étais salariée. Mais j’avais un rêve.

Aujourd’hui, je suis libre, et surtout, je suis heureuse. Ça n’a pas de prix.

Je fais partie de ceux qui paient des impôts avec l’espoir du bien commun. Je m’interroge cependant sur l’état de certaines routes, écoles ou hôpitaux et je ne peux m’empêcher de les comparer à certaines dépenses publiques plus somptuaires… Pour autant, je ne jette l’opprobre ni sur machin ni sur truc, je préfère la réflexion au jugement.
Sous mes fenêtres se trouvent de nombreux SDF dont certains on l’âge de ma fille. J’ai le bonheur de pouvoir financer ses études en faisant attention à mes euros mais c’est un privilège de lui offrir des cartes pour jouer son avenir positivement. Dans le monde dont je rêve, cela devrait plutôt être une normalité. Et il faudrait que ces mômes qui dorment dehors soient sur les bancs de la fac ou au boulot.

Alors je me dis que tous ensemble, nous sommes plus intelligents que chacun dans notre coin, et surtout plus inspirés qu’en nous opposant les uns aux autres. Je me dis que j’ai toujours agi POUR quelque chose et jamais contre et qu’il n’y a aucune raison que je sois un cas isolé.

La dernière fois que j’ai manifesté, c’était le 11 janvier 2015. Parce que je voulais dire que j’étais POUR la société de liberté, d’égalité et de fraternité que mon pays porte dans son ADN.
S’arc-bouter sur ses acquis est une chimère qui n’empêche pas de se faire piller. L’urgence des héritiers des lumières que nous sommes est de redonner du sens à notre pays et à ses valeurs républicaines, de toiletter ses règles et ses codes et de recréer du lien et de la confiance. L’urgence est de nous étonner nous-mêmes et d’étonner le monde avec une vision claire de l’humanité, de son rôle et de ses responsabilités. Une vision pour le 21e siècle mais aussi pour le 22e.

Ce ne sont pas les fabricants de lampes à pétrole qui ont développé l’électricité. Ils ne sont d’ailleurs plus là pour parler de ce qui s’est passé parce qu’ils n’ont pas pu empêcher le monde d’avancer sans eux.
Ce ne sont pas les conservateurs (de quelques bords qu’ils soient) qui enrichissent le présent et préparent l’avenir. L’innovation* sociale, écologique et économique est à notre portée. A nous de ne pas laisser les immobiles nous la voler. A nous de faire avancer le monde avec nous. #smileRevolution

Mina Moutski
08/03/16

* Innovation : Changement dans le processus de pensée visant à exécuter une action nouvelle. (Wikipedia)

Illustration révolutionnaire et toute en sourire : Markus14.

You must be logged in to post a comment